MONDE CARCERAL: AUCUN RESPECT DES DROITS DE L’HOMME À MADAGASCAR

C’est triste et honteux! le monde carcéral à Madagascar est pointé de doigt. L’Amnesty International a dénoncé les violations flagrantes des droits de l’homme. La plupart des prisonniers est détenue d’une manière illegale faute de procès. Ils sont en detention préventive pour une durée indéterminée et vivent dans des situations inhumaines. 200 prisoniers partagent une cellule de 40 m2. Ils n’ont droit qu’à une assiette de manioc par jour. La nuit, ils dorment par terre et se réveillent toutes les heures pour se retourner ensemble afin d’éviter les désordres. Un chef de chambre coordonne les gestes.

En 2017, 52 prisoniers ont peri. Leurs morts sont  causées par les maladies liées à la malnutrition.

Plus de dix milles detenus attendent leurs procès en prison, même si, les delais de leurs détentions préventives sont largement dépassés.

Face à cette situation, une delegation d’Amnesty International, dirigée par Deprose Muchena, directeur régional d’Afrique australe, a rencontré, hier, le chef d’État intérimaire de Madagascar, Rivo Rakotovao. La deledéléga a remis une copie des résultats de recherches effectués par l’organisation en vue d’une prise de décision de la part des autorités Malagasy.

Durant cette rencontre, le président malagasy par intérim a déclaré sa volonté de mettre fin à cette situation déplorable dans les prisons. Il se dit prêt à voir les mesures nécessaires avec les responsables penitentiaires et judiciaires.

Notons qu’Amnesty International a publié, son rapport de recherches intitulé :  » Punis parcequ’ils sont pauvres », mardi dernier. Un rapport détaillé sur la condition de vie dans les prisons malgaches qui ne respectent pas le minimum requis en matière des droits de l’homme.