INSTAT-OIT: UNE VINGTAINE D’EXPERTS SONT FORMÉS SUR LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLES

Une vingtaine de responsables de l’INSTAT (Institut National de la Statistique de Madagascar), de l’ONEF (Observatoire National de l’Emploi et de la Formation) ainsi que des Organisations d’employeurs et des travailleurs se réunissent pendant 4 jours, au Paon d’Or, Ivato Antananarivo pour un renforcement de capacités sur la XIXème Conférence Internationale des Statisticiens du Travail (CIST). Ceci entre dans le Cadre National des Indicateurs des Objectifs de Développements Durables (ODD) relatifs au Travail Décent, un projet  assuré par M. Coffi Agossou, Directeur du Bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles.
L’objectif global de cette conférence est d’évaluer la fiabilité de ces indicateurs des ODD relatifs au travail décent et de renforcer les capacités des agents de l’INSTAT et de l’ONEF à produire et à analyser ces indicateurs avec la méthodologie de la XIXème conférence internationale des statisticiens du Travail. Aux termes de la formation, l’INSTAT sera en mesure de raffiner le module emploi de son questionnaire pauvreté . Les agents de l’INSTAT sont aptes à collecter des données fiables sur l’emploi et le chômage mieux faire le suivi de certains ODD en particulier l’ODD 8 sur le travail décent.
Durant son discours, M. Coffi Agossou, Directeur du Bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles a précisé que « la bonne mesure des indicateurs du marché du travail est un prérequis pour définir les politiques d’Emploi et la création d’emplois pour les jeunes, la formation professionnelle et la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. Pour mieux comprendre l’ampleur de la pauvreté à Madagascar, il est primordial de collecter des données fiables sur l’emploi qui est le moteur de la réduction de la pauvreté. J’invite tous les participants et l’INSTAT à mettre en œuvre avec rigueur le matériel dont le questionnaire qui sera proposé lors de cette formation de quatre jours car mesurer mal l’emploi revient à mal mesurer le chômage, mal identifier les pôles d’emploi, mal connaître les secteurs porteurs, mal identifier les formations nécessaires pour les jeunes et donc mal résorber la fameuse inadéquation entre l’offre et la demande d’emploi. » .