SOMMET RUSSIE-AFRIQUE: MADAGASCAR EN QUÊTE DES NOUVELLES COOPÉRATIONS AVEC LES RUSSES

Par Andry Rakotonirainy

Le sommet Russie-Afrique se tient actuellement, à Sotchi en Russie. Une quarantaine de chefs d’État africains y participe, dont le Président Andry Rajoelina. Cette rencontre consiste à consolider le partenariat russo-africain et à mener des réflexions sur la manière la plus équitable pour que la Russie puisse contribuer davantage au développement de l’Afrique.

Durant son discours, le Président russe, Vladimir Poutine a déclaré que la coopération entre les deux continents est vouée à s’améliorer au même rythme que la croissance des pays Africains.

La Russie apparaît aujourd’hui comme un partenaire déterminé à transmettre des compétences, un savoir-faire pour aider les pays Africains à atteindre leurs objectifs de développement.

Hier, le  Président Andry Rajoelina a eu un agenda très chargé. Il a effectué des rencontres économiques et des séances de réflexion de haut niveau ses pairs africains. Les échanges ont été basées sur les enjeux économiques du forum en corrélation avec les différents accords économiques multilatéraux de l’Afrique.

Le Président malgache a également rencontré des industriels russes, notamment dans les domaines du transport et des équipements agricoles tels que Russian railways, Transmashholding et RZD.

ANR-23
Attentif aux débats, Andry Rajoelina avec ses homologues africains,  à Sotchi-Russie

A l’issue de ces rencontres, Andry Rajoelina  confirme le dynamisme et la détermination de la politique de développement du pays. Il a insisté auprès de ces investisseurs et opérateurs, la volonté  de Madagascar de collaborer avec toutes entreprises souhaitant participer au chantier de l’émergence Malagasy.

Par ailleurs, il a garanti auprès de ses interlocuteurs, la politique de sécurisation des investissements à Madagascar.  Il a également rappelé que chaque projet devra avoir un impact direct et concret sur le peuple Malagasy.  » il faut que les projets s’inscrivent  dans la politique de développement durable du pays tant au niveau social qu’environnemental. », a conclu, Andry Rajoelina.